Leçons

Leçon 2: Le jour où tu veux venir en aide à quelqu’un dans la rue et tu finis par te faire courser !

Aider quelqu’un peut se révéler plus ardu qu’il n’y paraît. J’en ai moi-même fait l’expérience.

Tout a commencé le jour où je me baladais tranquillement avec une amie. On était en mode il fait beau, la vie est belle. Jeunes et insouciantes, on arpentait les rues sans se préoccuper du danger (j’exagère un peu).
Et puis, au détour d’un chemin, on aperçoit un vieil homme étendu sur le bitume. Forcément, on a voulu lui venir en aide. Malheureusement, on ne s’était pas rendu compte qu’il n’était pas si net. On lui a remis un sac de courses pour qu’il ait de quoi manger. On voyait bien qu’il n’était pas en forme. J’appelle le Samu pendant que mon amie se charge de le maintenir éveillé. C’est à ce moment précis que tout a basculé.

On a senti qu’on devait s’en aller. À peine avait-on fait dix pas que quelqu’un nous interpelle. Vous aurez deviné qu’il s’agissait de l’homme. Le pire c’est qu’il nous pourchassait avec acharnement. On s’est mis à courir en mode Husseina Bolt. C’était le stress, l’adrénaline. D’ailleurs, c’est marrant mais dans ces moments de stress intense où tout va vite, on a tendance à s’en vouloir en se demandant : «  pourquoi je me suis compliquée la vie? »
On est arrivé au travail en mode dépassées par les événements, gouttelettes sur le front. Bien sûr nos collègues étaient tout aussi choqués en nous voyant.

Aujourd’hui, j’en ris. Néanmoins, cette aventure m’a fait prendre conscience de certaines choses. Tout est devenu très confus, le bien et le mal. Sans oublier qu’il faut se rendre à l’évidence, quand on est une femme, on doit être encore plus prudente. Je suis sûre et certaine qu’il n’aurait pas pris le risque de courser deux bonhommes…

You Might Also Like